Halto, les rhums arrangés qui font vivre nos terroirs français

Rencontre avec Théo Parant, qui a créé en 2020 la marque de rhum arrangé Halto. Halto, ce sont des rhums arrangés avec comme inspiration la mise en avant des terroirs et spécialités françaises.

Comment t’es-tu lancé dans les spiritueux?

Avant Halto, j’étais à Londres en startup, comme Sales dans une boite d’intelligence artificielle.

Mon arrivée dans les spiritueux est donc un peu plus inconventionnelle que mes confrères et consœurs. Je ne possède pas de background particulier en spiritueux ou même en boissons de manière plus générale.

L’idée initiale autour de ce projet était de faire un cocktail club en ligne avec abonnement mensuel, sous forme de box DIY. C’était pendant le confinement, les bars étaient fermés et la vie nocturne inexistante. Rapidement, n’ayant aucune idée de la traction que nous allions avoir, les fournisseurs et les minimums de commandes nous ont obligé à commencer avec qu’un seul alcool si nous voulions garder le même investissement alloué. Nous avons choisi le rhum.

Puis venait ensuite la création des recettes de cocktails et le sourcing des ustensiles de bars à inclure pour une expérience DIY au top. C’est de cette contrainte budgétaire qu’est venue l’idée de faire des kits pour rhum arrangé, à faire soi-même : principe identique, exécution simplifiée.

Halto était né ❤️

Les kits ont connus un vrai petit succès sur notre eshop, donc nous avons décidé de continuer l’aventure.

C’est un peu plus tard, dans une volonté de développer notre présence B2B, que nous avons lancé la gamme de rhums arrangés artisanaux.

Parle-nous d’Halto, quelle est la vision que tu donnes à tes produits ?

Chez Halto, on croit en la diversité des produits du terroir et en les mettre en avant. C’est pourquoi nos créations sont inspirées de la richesse des ingrédients, de leurs producteurs et de la nature qui nous les apportent. Et en plus… nous faisons d’excellents rhums arrangés.

C’est ainsi que, inspirés des produits du terroirs nos recettes mettent en avant : le Nougat de Montélimar, le Marron d’Ardèche, très bientôt le Cannelé de Bordeaux et pleins d’autres à venir.

Côté éco-responsabilité, tout à été pensé dès le départ autour de recyclage et même du compost :

🔖 Étiquettes en papier recyclé

♻️ Bouteille et bouchon recyclables

🌳 Têtes de bouchons en bois de hêtre éco-sourcé

📦 Bouteille livrée dans une boite compostable avec encre végétale

Pour encore plus de sens, nous travaillons même sur des étiquettes faites de bagasse, le résidu broyé de la canne à sucre.

Concernant les kits pour rhums arrangés, notre produit initial, ils font partie d’une expérience complète, prête à l’emploi. Ici, à l’inverse, les recettes sont inspirées d’une région du monde.

Les épices des recettes sont issus de l’agriculture biologique et/ou raisonnée en fonction du pays et sont acheminées en France par la mer uniquement… certaines même par bateau à voile grâce à Terre Exotique.

Idem, tout est recyclable, les cartons utilisent de l’encre végétale et ils sont compostables.

Enfin, nous sommes engagés éthiquement aussi, nous soutenons Give Actions, une association qui offre des repas à des sans-abris et donne accès à la formation aux plus démunis, ainsi que Ecologi qui nous permet d’agir pour le reforestation et plante 1 arbre pour chaque produit vendu.

Qu’est ce qui t’anime dans ton projet ?

Créer un produit, entreprendre, transformer une vision en réalité. Simplement regarder en arrière pour voir tout ce qui a été construit, puis se tourner en avant pour voir toutes les choses qu’il reste encore à faire. C’est une source de motivation au quotidien.

Au delà de cet aspect entrepreneurial, le produit en lui-même est moteur de plaisir. Il faut aimer son produit, aimer ce que l’on fait. Dans Halto, au delà du plaisir à créer des rhums infusés et arrangés, ce qui nous anime vraiment c’est de savoir qu’on met en avant des producteurs et des régions, que ça n’est pas juste à propos de nous, que l’on construit quelque chose de plus grand que nous, qui nous dépasse.

Et la consécration dans tout ça, c’est quand on nous félicite du produit final, quand le savoir-faire du producteur ou l’image d’une région a été retranscris avec noblesse dans notre création, que le consommateur final a aimé et qu’il le recommande.

Quel est ton coup de cœur du moment ?

Pour rester dans le rhum, ce sont les producteurs, notamment en Martinique, qui osent mettre en avant le parcelaire.

Pendant longtemps, la canne à sucre a été cultivé pour un rendement sucrier. À l’image des coteaux et des cépages dans le vin, les parcelles et les variétés sont en devenir d’importance égale dans le rhum. Ces producteurs, comme Clément le fait avec “Canne Bleue”, qui joue avec les sols, l’humidité et le passé des parcelles pour composer leurs créations sont un vrai coup de cœur.

Il y a une nouvelle marque Martiniquaise qui fait ça très bien et dont le futur est à suivre : Baie des Trésors de Mathieu le Guay.

Pour sortir du rhum, et de manière générale des sentiers battus, le marché des no-low. Ces innovations de ruptures, qui viennent bousculer un secteur d’acteurs presque institutionnels dont l’existence n’est plus à prouver, et qui arrivent à faire autant de bruit, de par leurs communications, leurs produits et leurs audaces. Que je suis avec admiration, il y a Marion Lebeau de OSCO, Valérie Oudinot De Sutter de JNPR et Florentin Cugnot de Natz.

Comment te positionnes tu auprès des cavistes ?

Les cavistes sont les référents d’une marque. Avant de pouvoir être présent chez eux, nous devons certes les convaincre, mais surtout leur plaire. Ceci de par nos produits, leurs qualités ainsi que son histoire. Ce sont les cavistes qui vont pouvoir porter la marque au près des consommateurs, presque à l’image d’un marché de prescription.

Ils sont la clé pour construire une marque.

La raison d’être de Halto, à savoir “mettre en avant les produits du terroir” est un élément crucial dans notre positionnement face aux consommateur, c’est donc essentiel de communiquer et partager cette vision du produit avec le/la caviste en face de nous.

Ayant un positionnement premium, nous voulons que des experts, tel que les cavistes passionnés, soient capables d’apporter une connaissance sur le produit, dans la manière dont ils le mettent en avant pour le consommateur final. En complément, le CHR permet d’avoir des lieux de consommations, où les curieux ou les amateurs peuvent déguster ou s’essayer aux produits avant de retrouver la bouteille chez leur caviste et décider d’acheter.

Quelles sont les prochaines étapes du développement d’Halto?

Halto travaille sans relâche pour développer sa présence, être toujours plus proche de ses consommateurs. Nous souhaitons avoir une présence nationale, que chaque région soit représentée avec son produit ou sa spécialité locale.

Nous travaillons aussi sur devenir entrepositaire agrée. Nous étions jusque là un peu petit pour prendre le temps de faire ces démarches. Aujourd’hui nous souhaitons pouvoir acheter notre alcool hors droits et le vendre aussi hors droits si nécessaire.

Cuves en inox de 500 litres, étiqueteuse… un autre chantier important est la construction de notre nouvel atelier magique, là où toutes les créations prennent vie. Nous venons de valider un prêt bancaire pour ce développement et c’est excitant de voir que notre capacité de production va pouvoir grandir tout en améliorant encore plus la qualité des produits finis.

Enfin, côté produit, la création de nouvelles recettes. Pour ces développement, de nombreux tests ont déjà été réalisés.

🚨 Une nouvelle recette artisanale verra le jour au mois de mai. Vous pourrez bientôt la pré-commander… à suivre.