Bourgoin Cognac, le Cognac Libre

by Frédéric Bourgoin

De la transparence à outrance, une approche viti-vinicole nature et un soupçon d’innovation. C’est ce que propose le charentais Frédéric Bourgoin, vigneron inspiré & alchimiste en cavale, comme il aime à se définir. Une rencontre profondément humaine en Charente Orientale à 9 km à l’ouest d’Angoulême.

Dans la famille Bourgoin, on connaît bien la martingale. Quatre générations de vignerons se sont succédé dans le vieux logis situé au cœur du petit village protestant de Tarsac sur la commune de Saint-Saturnin. Ici le terroir n’est pas un vain mot et l’on sait que le cognac se fait à 80% à la vigne. Frédéric Bourgoin propose des cognacs atypiques autant sur le fond que sur la forme. À la clef une vision directrice : réconcilier les français(es) avec le cognac. Ce spiritueux désuet est relégué par nos contemporains au rang des digestifs à la papa. Mais comment redorer ce blason ? Grâce à une approche viti-vinicole nature, de la transparence à outrance, et un soupçon d’innovation.

Légitimité & Cognacs “natures”

Le domaine familial porte le nom Bourgoin depuis 1930 et s’étend aujourd’hui sur des terroirs du Crétacée. « Nous cultivons, vinifions, distillons et vieillissons nos eaux-de-vie principalement pour nos partenaires historiques. Les leaders de la catégorie font un travail admirable à l’export qui profite à toute la filière. En tant qu’artisan ma taille m’oblige, j’ai décidé de me concentrer sur la reconquête du cœur des français. Bourgoin Cognac c’est avant tout une prise de parole vigneronne et un laboratoire d’idées. J’aime à penser que l’on puisse avoir une approche différente et innovante même sur une catégorie très encadrée. Une AOC est une œuvre collective, j’ai envie d’apporter ma pierre à l’édifice. Il n’y a pas de volonté hégémonique. Je prends du plaisir à élaborer des cognacs qui me plaisent c’est tout » dixit le jeune vigneron en verve.

« Je m’obstine à faire des cognacs « nature » qui expriment au mieux le terroir qui les a vus naître. Donc chez moi pas d’assemblages, pas de filtrations, pas de E150b, et 0g/L de sucres ajoutés. Tout est inscrit sur l’étiquette. Pas de labellisation non plus. Tout est fait en bon père de famille : du sain, du circuit court, de l’éthique, de l’éco-responsable et du fait main ».

Un premier embouteillage sous le signe de l’innovation

La première mise en bouteille eut lieu le 21 novembre 2015 (c’était un samedi). Avec ses cousins il embouteille 250 flacons de 35 cl de microbarrique 1994 à 43%vol. Une première expression de Bourgoin Cognac basée sur l’innovation : un cognac de 20 ans d’âge TTC avec une finition d’élevage en barriques de 10 litres, en chêne à gros grain du limousin, au bousinage crocodile (55 secondes flamme touchante). Le résultat ? Un cognac rond, suave, long en bouche aux notes aromatiques tropicales. Très facile à boire. Succès.

La famille des cognacs Bourgoin

Des produits pour tous les types de consommation

En digestif, Micro-barrique M.1998, 35cl à 43%vol

Un atypique cognac XO de 22 ans d’âge dont l’élevage est parachevé par une finition en micro-barrique de 10 litres au bousinage crocodile. Objectif : réconcilier les amateurs de single malts et de vieux rhums avec un cognac rond, doux, facile à boire. Nez gourmand et flatteur.

En cocktail : «Fine Pale, Brut de Fût Roux, 70 ou 35cl

Un jeune cognac pensé et conçu pour la mixologie. Pour réaliser un cocktail 2cl suffisent, soit une dose bar de 10g d’alcool pur. Millésime 2014 à 62.5%vol. issu d’une coupe de cœur secondée. Couleur : très pâle. Nez iodé, pâtissier, caramel au beurre salé. Bouche florale et étonnamment lactée. Un profil organoleptique à part qui fait de cette eau de vie un véritable OVNI.

Et pour le côté healthy, Verjus Biocontrôle 2018 75cl pH 2.5

Pourquoi Bourgoin Verjus en 2018 ? Parce que le citron n’est pas aussi vert que l’on pourrait le croire. Importé aujourd’hui majoritairement d’Amérique du sud, le bilan carbone du citron est lourd. Local, Bourgoin Verjus est élaboré à la main au cœur du village de Tarsac en Charente (France) sur le vignoble familial Bourgoin, situé à 9km à l’ouest d’Angoulême. Verjus possède une acidité avoisinant celle du citron : 2,5 pH. À boire bien frais allongé d’eau pétillante.