« L’Unique », vin de France du Domaine Pierre Usseglio

by Alexandre FRÉMIOT | passionné de vin @Les-Vins-d’Alex

Le Domaine Pierre Usseglio & la « Not For You »

« Not for you ! », c’est ce que Thierry Usseglio, gérant du Domaine Pierre Usseglio à Châteauneuf-du-Pape avec son frère Jean-Pierre répondit au critique anglais Josh Reynolds lorsque celui-ci lui demanda quel vin lui avait été servi.

Il s’agissait en réalité d’un 100% Grenache de 95 ans d’âge issu d’un sol sablonneux et caillouteux recouverts de galets roulés, puis élevé et oublié pendant 36 mois dans une barrique derrière le comptoir de dégustation du caveau familial. Ce vin, dans lequel les arômes primaires d’épices s’effacent harmonieusement au profit d’une douceur et d’une longueur inattendue, s’est élevé en quelques instants aux lèvres de Dionysos, Dieu Romain du vin, de la semence et de la fertilité de la vigne lorsque notre critique anglo-saxon attribua au délicieux nectar une note extraordinaire.

C’est à partir de ce moment-là que le Domaine Pierre Usseglio & la « Not For You » devinrent des incontournables de la Vallée du Rhône, de l’Hexagone et un objet de convoitise des particuliers et des professionnels du monde entier. Qui ne rêverait pas d’avoir, ne serait-ce qu’un de leur Châteauneuf dans sa cave ? 

Le Domaine Usseglio, une histoire de tradition depuis 4 générations

Pour l’anecdote, le Domaine Usseglio a été repris par son fils Pierre Usseglio et comme vous l’avez compris, est aujourd’hui géré par ses fils ; Thierry et Jean-Pierre, qui partagent leur temps avec une bonne partie de leur famille entre le vignoble et la cave et ont pour philosophie d’améliorer la qualité sans compromettre le style traditionnel adopté par leur père. 

Lors mon passage au domaine ―créé en 1948 par un immigrant Italien, Francis Usseglio, venu travailler en tant qu’ouvrier viticole, et qui dès l’année suivante produisit son vin sous son propre label― j’ai été reçu par son arrière-petit-fils, Grégory, qui représente la quatrième génération Usseglio à exploiter le domaine et à perpétuer les traditions de la famille.

Ce fut pour moi l’occasion de goûter, entre autres, trois différents millésimes (2014, 2016 et 2017) de leur Châteauneuf-du-Pape Rouge Tradition, deux Châteauneuf-du-Pape blanc, un Lirac Blanc et un Lirac Rouge, la « Cuvée de mon Aïeul » 2018 et enfin leur petit bonbon, leur plaisir, leur vin de France. Une expérience « Unique » et hors du temps dont je vais vous parler dans les prochaines lignes ! 

L’Unique, Domaine Pierre Usseglio

« L’Unique » a lui aussi sa propre histoire ; l’année 2016 a été une année exceptionnelle pour les vignerons de Châteauneuf-du-Pape.Thierry Usseglio dira même à l’occasion que « Ce millésime, je vais me le faire tatouer ».

En 2017, c’est la douche froide ; seulement vingt hectolitres de Vin de France, l’IGP Panorama, et trente hectolitres de Côtes-du-rhône, récolte dérisoire et insuffisante, trois fois moins importante que les années précédentes, pour assurer les commandes de leurs clients. C’est alors qu’ils prennent la décision de réunir ces 2 cuvées en 1 et proposer un vin unique, jusque sur l’étiquette, car en effet, le « L’ » de chaque étiquette des 10.000 bouteilles produites, n’est jamais de la même couleur

Ce vin de France, fruité et charmeur, a été créé par Thierry et Jean-Pierre à partir d’une belle corbeille de raisins (ramassés sur des vignes plantées sur des sols sablonneux, limoneux et caillouteux) composée de grenache (40 %), syrah (20 %), mourvèdre (20 %), marselan (15 %) et merlot (5 %). Chaque grappe a été éraflée et les raisins ont macéré 25 jours puis été  élevés pendant 6 mois en cuve de béton thermo-régulée et le tout sera mis en bouteille au printemps, voilà une partie du mystère qui entoure « L’Unique » ! 

Sa robe d’un grenat intense (rouge violacé sombre) voire quasi-bordeaux nous fascine dès le premier regard. Nous ne pouvons que penser à la signification de la couleur rouge, celle qui ramène au pouvoir, à la passion, à la puissance, à la violence, mais également au plaisir. Ce plaisir, nous le retrouvons également une fois le vin dans le fond de notre verre, au moment de humer et de se délecter de ce délicieux parfum. – Mais oui ! Vous savez ! Cet arôme d’épices comme le laurier, le poivre, le thym, la muscade, la lavande ou encore la sauge. Un vin qui réchauffe, qui nous embaume de ces parfums que l’on pouvait retrouver dans le potager de nos grands-parents lorsque nous étions petits. Ce même potager aromatique dans lequel nous ramassions, insouciants, les herbes, essentielles à la confection de la sauce qui agrémentait nos repas de midi, le tout accompagné par le chant des cigales d’une chaude journée d’été. 

Les promesses faites au nez sont bel et bien tenues à la bouche. C’est un vin de caractère, certes, puissant en alcool avec ses 15 degrés (à peine perceptible) mais tout en équilibre ! On retrouve les mêmes notes de fruits rouges et noirs presque acidulées qui croquent et craquent en bouche sans pouvoir nous laisser indifférents. 

Encore une découverte des plus intéressantes que notre belle région de la Vallée du Rhône a à nous offrir.

Retrouvez les autres dégustations d’Alexandre Frémiot dans notre rubrique J’aime votre robe.