Du whisky sous le sapin à Noël

by Stanislas Kindroz, blogueur et narrateur whiskies | @unpeudedramaturgie

Offrir du whisky est loin d’être une étape aisée. Se rendre chez un caviste n’est pas une garantie quant à l’achat d’une bouteille qui donnera satisfaction à la personne qui va bénéficier de votre chouette attention. La connaissance autour du whisky progresse aussi vite que sa consommation et aussi vite que l’exigence des amateurs. Dès lors, je vais profiter de cette tribune pour vous présenter des whiskies que j’aime et qui méritent – selon moi – de faire l’objet d’un présent pour un proche.

Le tourbé fin mais vivace : Bårelegs Battle Axe

Je commence par la tourbe, car elle fascine toujours autant les amateurs de whisky. Alors, ce Bårelegs est de très loin mon coup de cœur du dernier salon Dugas. Déjà, parce que Mackay Smith et Donald McKenzie, qui forment les Islay Boys sont deux personnes adorables et sincèrement passionnées par les whiskies qu’ils embouteillent. Ensuite, parce que ce Bårelegs Battle Axe est un distillat vieilli d’une très célèbre distillerie d’Islay – que je ne citerai pas – et dont il revisite le style avec audace. Avec sa fumée fluette et une bouche dont la longueur fait danser la tourbe avec fraîcheur, ce Battle Axe est une franche réussite.

Disponible au prix défiant toute concurrence de 57 € sur Dugas Club Expert. Ne soyez pas effrayé par son degré alcoolique (55,7 %). Ce Bårelegs Battle Axe est un whisky bondé de rondeur. Encore un beau whisky par nos amis des Islay Boys !

Un sherry traditionnel mais confidentiel : Tamdhu

Il n’y a pas que la tourbe dans la vie. Les whiskies vieillis en fût de sherry attirent en masse les passionnés. Cependant, ils ont désormais plutôt tendance à se ressembler, puis certains fûts de sherry utilisés pour la maturation du whisky sont trop actifs et écrasent le distillat au lieu de le mettre en valeur.

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Située dans le Speyside, Tamdhu rend hommage au style emblématique de cette région d’Ecosse en produisant des whiskies gourmands et élégants, avec des arômes délicatement secs et épicés. De plus, Tamdhu reste une distillerie assez confidentielle. Il est rare d’en voir passer au sein des collections ou des dégustations d’amateurs. Avec Tamdhu, vous êtes sûrs de surprendre à deux niveaux. Premièrement, parce que c’est une distillerie peu connue. Et deuxièmement, surtout parce que c’est excellent.

Parmi la gamme régulière, je vous conseille le 12 ans, très délicat avec ses 43 % et pour les amateurs de sensations fortes, le Cask Strength est fait pour vous. Il a naturellement plus de peps, mais il reste fidèle au profil de la distillerie.

Pour ceux qui veulent consommer responsable : Waterford Biodynamic Luna 1.1

Cette année, Mark Reynier et ses équipes ont été encore plus loin. Ce Waterford Luna est le premier whisky produit à base d’orge cultivée en biodynamie. La biodynamie est un mode de culture très fréquente dans le vin. C’est une méthode de culture qui ne fait usage d’aucun produit de synthèse et qui se fonde également sur les cycles lunaires. D’où le nom choisi afin de baptiser ce whisky : Luna.

Bon après, ça ne fait pas tout. L’histoire d’un whisky – et de Waterford en général – est très intéressante et innovante, mais il faut que le goût suive. Et bien, c’est plus que le cas pour ce Luna. Plutôt frais et fruité, le nez introduit une bouche assez complexe, voguant entre notes végétales, fruitées et céréalières. Nombre d’amateurs de vins pourraient y trouver des traits communs avec un vin blanc. Son degré alcoolique (50 %) lui donne beaucoup de polyvalence : parfait à l’apéritif pour ouvrir les papilles, et génial en digestif accompagné d’une boule de glace. Disponible entre autres chez La Maison du Whisky et chez bon nombre de cavistes.

Esthétique et magnifique : la gamme Artist #11

Souhaitant terminer en beauté, je ne pouvais pas ne pas évoquer la nouvelle gamme Artist de La Maison du Whisky. D’une part, parce que les toiles en résine et en acrylique de Catherine Ludeau qui ornent les bouteilles sont magnifiques. Et d’autre part, parce que ces six nouveaux embouteillages sont à la hauteur de la beauté de leur contenant.

Mes deux préférés furent le Ben Nevis 2010, qui témoigne d’une maturité charmante pour son âge et le Jura 1991, absolument bluffant de complexité et de richesse. Mais les autres ne sont pas en reste. Le Glenlivet 2006 est l’illustration géniale de ce qu’est un sherry charpenté. Après, vous avez le choix entre classicisme avec un joli Laphroaig 2001, et fantaisie avec un Clynelish 1995 vieilli en ex-fûts de sherry qui offre un visage aux antipodes des whiskies cireux qui sont usuellement les dignes représentants de cette distillerie. Puis, les collectionneurs les plus acharnés seront comblés avec ce Mosstowie 1979, troisième Mosstowie à être embouteillé dans la gamme Artist.

J’ai acheté le Ben Nevis, et j’ai partagé une bouteille du Jura avec des copains. Donc vous pouvez me faire confiance : une fois de plus, la gamme Artist, c’est du sérieux.

Bonus : l’embouteilleur indépendant Swell de Spirits

Afin d’élargir cet article aux autres spiritueux, j’ai décidé de vous parler d’un embouteilleur indépendant français. Michael et Kelly ont fondé Swell de Spirits pendant l’année 2021. Ils sélectionnent rigoureusement des singles casks de divers spiritueux (whisky, rhum, cognac, armagnac…) auprès de distilleries du monde entier qu’ils embouteillent brut de fût.

J’ai eu la chance de gagner sur Instagram une bouteille de leur cognac Pasquet L.83… et j’ai été bluffé. D’ailleurs, je ne suis pas le seul. Serge Valentin a très favorablement sanctionné les différents embouteillages de Michael et Kelly (notamment le Pasquet L.83, le Hampden 2011 et le Grosperrin N52-22 qui sortira très prochainement). Pour les fêtes, Swell de Spirits vient d’annoncer deux nouveaux Bas-Armagnac, deux nouveaux Cognacs, et un Calvados de 18 ans sélectionné chez la distillerie Garnier. Des embouteillages éclectiques et (extrêmement) qualitatifs.

Voilà ! Je ne vous ai pas présenté énormément de choses, mais je voulais privilégier la qualité à la quantité. Et surtout, je voulais vous parler de choses que j’ai dégustées et qui m’ont convaincu. Vous avez désormais toutes les cartes en main pour offrir un cadeau original.

À vous de jouer !

D’autres tribunes « whisky » de Stanislas Kindroz sont à découvrir sur Culture.